• Lutte contre les chenilles processionnaires du pin


La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit. Le cycle biologique de cet insecte est annuel.

Selon l’essence et le type de peuplement, l’intensité des dégâts est variable.

Bien qu’elle représente un risque pour l’homme et les animaux, il faut relativiser et prendre toutes les mesures pour s’en protéger (mesures écologiques, traitement phytosanitaire biologique aérien ou terrestre, traitement phytosanitaire chimique terrestre, lutte mécanique, piégeage, lutte biologique).

Si vous pensez avoir localisé des chenilles processionnaires, il est indispensable de contacter la Fédération des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de Loire Atlantique (FDGFON) au 02 40 36 87 79.

ATTENTION ! Quelle que soit la méthode envisagée, ne prenez pas de risques inutiles.

Les techniques de lutte.

JPEG

Consultez les professionnels agréés qui sauront vous proposer la solution la mieux adaptée à votre situation. Ils possèdent les équipements pour se protéger lors de la lutte mécanique et/ou pulvériser l’insecticide sur de grandes hauteurs.

La lutte contre les chenilles processionnaires du pin peut prendre différentes formes. Les actions à mettre en œuvre ne dépendent évidemment pas des dates administratives des saisons, mais sont liées au cycle de l’insecte qui peut varier selon les régions et les conditions climatiques.

Il n’existe aucun moyen de se débarrasser définitivement des chenilles. Les traitements sont à refaire chaque année. En effet, même si l’on détruit toutes les chenilles vivantes sur son terrain, vos arbres seront réinfectés l’année suivante par des papillons pouvant provenir de plusieurs kilomètres. Le papillon mâle peut voler jusqu’a 25 km et le papillon femelle jusqu’à 3 km et de plus les chenilles peuvent rester enfouies dans le sol de quelques jours à 5 années.

Ces traitements annuels doivent donc être maintenus tant que des nids, et donc des papillons, existent dans votre région.

Mesures écologiques

  • Améliorer la biodiversité des peuplements (feuillus) afin de freiner la propagation de l’insecte et de favoriser le cortège parasitaire.
  • Dans les forêts fréquentées par le public et sous réserve de pouvoir choisir une autre essence, éviter les plantations de pins noirs dans les secteurs favorables à la chenille.

Traitement phytosanitaire biologique (aérien ou terrestre)

  • Appliquer un traitement avec un insecticide biologique à base de Bacillus thuringiensis (BT kurtstaki, sérotype 3a3b), bactérie aux propriétés entomopathogènes.
  • Agit par ingestion, spécifique des larves de lépidoptères. Respectueux de l’homme et des animaux, préserve la faune utile.
  • Traitement à la dose de 40 à 50 milliards UBI/ha en automne.

Lutte mécanique (de mi-novembre à mi-avril)

  • Couper et brûler les branches porteuses de pontes, pré-nids et nids.
  • En cas d’attaque ponctuelle, sur des arbres facilement accessibles. Se protéger soigneusement contre les risques d’urtication (combinaison, masque, lunettes, gants, bottes).

Piégeage par confusion sexuelle

Utiliser :

  • une phéromone de synthèse comme leurre : les pièges à phéromones pour capturer les papillons mâles de la processionnaire.
  • ou un éco piège : ce système n’utilise aucun produit insecticide.

Lutte biologique

  • Favoriser l’implantation des prédateurs et parasites : nichoir à mésange…

Il y a peu de prédateurs. Les oiseaux en général ne les mangent pas à cause de leurs poils urticants et de leur mauvais goût. Seul le coucou s’attaque aux chenilles, parfois même dans leur nid, et la mésange chasse la première forme larvaire et parfois lorsqu’elles sont en procession.

Leur principal prédateur est le grand calosome, un carabe, insecte coléoptère vivant ordinairement sur le sol, aux élytres avec des reflets verts métalliques. C’est la larve de calosome, ressemblant quelque peu à une chenille, qui en fait la plus grosse consommation. Elle monte parfois aux arbres pour attraper ses proies. Plusieurs espèces de guêpes ainsi qu’un champignon, le cordiceps, peuvent les parasiter.

Le cycle biologique

Le cycle biologique de cet insecte est annuel. On peut le présenter schématiquement en 8 étapes :

JPEG

1. A partir de mi juin, un soir d’été, les papillons de la processionnaire sortent de terre. Mâles et femelles s’accouplent, puis les mâles meurent un ou deux jours après.

2. La femelle s’envole et dépose entre 70 et 300 oeufs sur les aiguilles de pin. Puis elle meurt à son tour.

3. Les chenilles éclosent 30 à 45 jours après la ponte. Elles se nourrissent avec les aiguilles du pin, et sont reliées entre elles par un fil de soie.

4. Au cours de leur croissance, les chenilles changent de couleur et se couvrent de plus en plus de poils (jusqu’à 1 million).

5. Les chenilles construisent un abri en soie en automne, sur la branche d’un pin. Elles passent l’hiver dans cet abri, et ne sortent que la nuit pour entretenir leur nid et se nourrir.

6. Au printemps, la colonie conduite par une femelle quitte l’abri et se dirige vers le sol. C’est la procession de nymphose : toutes les chenilles se tiennent les unes aux autres et se déplacent en longue file. Une file peut compter quelques centaines de chenilles. Au bout de plusieurs jours, elles s’arrêtent dans un endroit bien ensoleillé et s’enfouissent dans le sol.

7. Deux semaines plus tard, toujours dans le sol, les processionnaires tissent des cocons individuels et se transforment en chrysalides. Elles restent dans cet état pendant plusieurs mois (ou parfois plusieurs années selon les régions).

8. Au bout de quelques mois, chaque chrysalide se métamorphose en papillon, toujours sous la terre. Et puis, un soir d’été, les papillons sortent de terre...

En cas de contact avec la peau, les yeux, par inhalation, ingestion, contactez votre médecin ou un vétérinaire : une action rapide est vitale.



Mairie de La Grigonnais - 3, rue de l’abbé Merel - 44170 La Grigonnais
Tel : 02 40 51 36 61 / Fax : 02 40 51 31 71 / mairie@lagrigonnais.fr
Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h30 - Fermé le jeudi

Mentions légales - Site fonctionnant sous Spip